Analyse de la campagne « Reviens-moi » de Tourisme Montréal

Vous avez probablement tous vu la campagne récente de Tourisme Montréal avec le vidéoclip de sa chanson d’amour pour Montréal « Reviens-moi ». Il est certain que cette nouvelle campagne n’a laissé personne indifférent, tel qu’on peut le lire dans plusieurs articles de la Presse, Radio Canada, Nightlife, et le Journal Métro, pour ne nommer que ceux-là.

Pour ceux qui ne l’aurait pas vu, la voici:

Objectifs de la campagne et cible

Maniant à la fois l’ironie et le côté kitch à souhait poussé à l’extrême, cette campagne vise la clientèle des millennials québécois 18 -34 ans afin de les inciter à redécouvrir Montréal.

Le ton ironique et absurde empruntant des similitudes à la mythique websérie de Télé-Québec « Like Moi » a semé la contreverse dans les médias sociaux, certains médias la qualifiant de « campagne qui fait scandale ».

Certains parlent même de malaise, tels que mentionné à Radio-Canada Première. Certains reprochent que les paroles ne sont pas assez léchées et ne passent pas au bout leur idée. Le message n’était pas clair, selon certains médias. De plus, aucune mention de Montréal n’est faite dans les paroles de la chanson.

Analyse des conversations dans les médias sociaux

Le moins qu’on puisse dire, c’est que les réactions sur les médias sociaux sont mitigées.

La preuve: 802 j’aime versus 680 je n’aime pas sur YouTube en date du 28 janvier 2019.  La publicité a également suscité 5 100 engagements Facebook selon l’outil Buzzsumo en date du 16 janvier 2019. 

Les commentaires sont mitigés, comme on peut le voir ici:

Plusieurs régions du Québec et villes ont répondu à l’appel de Montréal, profitant ainsi de l’engouement derrière la campagne qui est hautement médiatisée.

Mon point de vue

Je crois que cette campagne exploite bien les forces du numérique et répond bien à sa cible, les 18-34 ans dans les régions du Québec hors Montréal. Le côté kitsh et absurde sait parler à sa cible.

Le placement publicitaire à l’émission La Fureur n’était pas le plus judicieux pour dévoiler cette campagne, car la cible n’y est pratiquement pas présente et le contenu n’est pas en cohérence avec ce type d’émission. Cette campagne vit beaucoup mieux avec l’esprit du numérique qui exploite depuis toujours une certaine forme d’autodérision avec le memes et GIFs, notamment.

Bref, pour reprendre le commentaire de la mairesse Valérie Plante:

«Parlez-en en bien ou parlez-en en mal, mais parlez en! ».

Et vous, que pensez-vous de la campagne de Tourisme Montréal?

Author avatar
karinemiron

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.