Les OGD, sont-elles réellement axées Web 2.0?

Pour faire suite à mon récent post sur les meilleures pratiques marketing en ligne des offices de tourisme, voici les résultats d’une étude toute récente portant sur l’utilisation du Web 2.0 par les OGD (organisme de gestion de la destination) ou DMO. Moi qui croyait à première vue que les offices de tourisme étaient très axés sur l’utilisation du Web 2.0 avec les exemples de la Suisse, de l’Australie, de la Hollande et de la Flandre, les résultats m’ont plutôt surprise en démontrant que ce n’est malheureusement pas le cas pour tous les offices de tourisme. L’étude, intitulée «National DMO and Web 2.0» a été réalisée par Dr. Jim Hamill, spécialiste du etourisme et a été effectuée auprès de 25 sites Internet d’OGD nationaux européen. Voici donc les résultats:

Les critères d’évaluation des sites

Avant d’aborder concrètement les résultats de l’étude, il serait pertinent de voir sur quels critères les 25 site web d’OGD ont été évalués dans le cadre de l’étude afin de dresser un meilleur portrait de la situation. En fait, les 25 sites Internet des OGD ont été à fois évalués sur leur adoption des applications du web 2.0 à l’interne sur leur propre site web, mais également à l’externe (utilisation du social media, reviews and ratings, etc.). Les critères d’évaluation interne comprenaient les éléments suivants (qui soit dit en passant, s’avèrent très intéressant d’un point de vue pratique pour toute OGD voulant se positionner dans le Web 2.0 😉 ):

Critères d’évaluation Web 2.0 interne du site web des OGD

  • User Generated Content (UGC) – Text, Images, Video, Wiki
  • User Feedback, Opinion and Discussion (FOD) – Blogs, Forums, Ratings, Favourites, Online Chat
  • Rich Internet Applications (RIA) – Web applications/widgets; Mapping mash-ups; Podcasts/vodcasts
  • Folksonomies – Social tagging, Social bookmarking, Tag Cloud
  • Feeds – Content Feeds
  • Community – Social Network

Critères d’évaluation Web 2.0 externe des OGD

Résultats de l’étude

Maintenant que nous détenons un meilleur portrait des éléments qui étaient mesurées via cette étude, voici les résultats plutôt surprenants qui en ressortent:

Seulement 3 des OGD parmi les 25 évaluées utilisaient plus de 25% des applications du Web 2.0 à la fois à l’interne et à l’externe soit celle de la Suisse, l’Angleterre et la Pologne. Les 22 autres OGD étudiées utilisaient 5 applications Web 2.0 ou moins.

Les applications utilisant le User Genereated Content (UGC) ne semblent pas très populaires de la part de OGD. En effet, seulement 4 des 25 OGD utilisaient ce type de contenu Web 2.0. Les OGD sembleraient donc favoriser davantage l’implantation d’applications permettant un plus grand contrôle de leur image de marque en évitant les applications de UGC et qui sont plus facilement implantables telles que les widgets météo et la géolocalisation…Rappelez-vous que l’utilisation du contenu généré par les utilisateurs est primordial pour une destination touristique afin de s’insérer dans la vague du Web 2.0 et que le contrôle de l’image de marque peut se faire facilement via divers outils de monitoring dont je traite dans mon blogue….En effet, mieux vaut que vous sachiez ce que vos clients pensent et disent de vous directement sur votre site web que dans votre dos! 😉 Vous serez donc en mesure d’être plus proactif à leurs commentaires et de réagir et d’ajuster votre offre en conséquence et surtout, selon leurs besoins particuliers.

La progression des OGD au niveau de l’utilisation de stratégies Web 2.0 à l’exterieur de leur site s’avère également limitée selon les résultats de l’étude. En effet, seulement 7 des 25 OGD détenaient une présence sur Facebook, sans détenir de page officielle sur MySpace. Seulement 6 OGD ont expérimenté les sites de partage de photos et de vidéos tels que YouTube et Flickr, dont seulement 2 détenant un contenu de qualité et mis à jour sur une base régulière. En ce qui concerne l’utilisation du podcasting, seulement 5 des DMO offraient des podcasts sur iTunes et 2 détenaient une présence dans le monde virtuel de SecondLife.

Bref, suite à ces résultats, il est certain qu’il reste du travail à faire au niveau des OGD afin d’optimiser leur présence dans le Web 2.0 et ainsi pouvoir générer une conversation bidirectionnelle avec leurs clients potentiels. Les bénéfices d’adoption du Web 2.0 s’avèrent nombreux pour un office de tourisme ou pour toute entreprise touristique car celui-ci permet de rejoindre un grand nombre de clients potentiels facilement et rapidement tout en permettant de prendre le pouls du marché et d’ajuster votre offre de produit via les commentaires de vos clients. Également, le Web 2.0 permet maintenant plus que jamais aux voyageurs de partager leurs expériences de voyage en ligne avec les autres utilisateurs ce qui permet de réduire le niveau de risque associé à l’achat d’un produit intangible tel qu’une prestation de voyage.

Il serait intéressant de voir les résultats d’une telle étude au Québec et au Canada. Selon vous, est-ce que les offices de tourisme et les ATR au Québec et au Canada sont davantage axés sur le Web 2.0 dans leurs stratégies marketing en ligne? Au niveau de l’Europe, que pensez-vous des résultats d’une telle étude? Êtes-vous surpris ou non des résultats? Quand pensez-vous que l’adoption du Web 2.0 par les offices de tourisme aura atteint une masse critique? Au plaisir de lire vos commentaires sur le sujet et au prochain post!

Karine

Author avatar
karinemiron

7 commentaires

  1. Cela ne m’étonne absolument pas. Pour compléter, lire l’étude sur les OT étrangers. C’est très instructif ! http://www.instantanet.travel/comparateurs-agences-en-ligne-site-d-informatio/easyvoyage

  2. Excellent travail Karine. Je ne suis pas du tout étonné. Il faudrait trois choses pour que l’appropriation soit plus rapide et plus vaste : une culture etourisme renforcée, non pas tant au sein des équipes des OGD (quoique parfois…), mais chez les décideurs, élus et prestataires, puis une capacité à agir vite et bien et enfin une autonomie dans la prise de parole, car c’est à mon avis ça qui coince le plus. Quand tu es dans une OGD comment peux tu facilement et de manière réactive prendre la parole ?

  3. hugues asseray

    bonsoir,

    suite à une réunion “tourisme awards” à NICE cette semaine j’ai decouvert le monde du 2.O.
    en cliquant à gauche et à droit aujourd’hui sur internet je tombe sur le derrière en lisant votre blog.
    j’espère que tous les hoteliers du monde lisent vos sujets…
    pouvez-vous nous donner des adresses de pros internet pouvant aider des petits hoteliers comme moi désirant s’investir mais sans budget conséquant?

  4. Bonjour Hugues,

    En France, vous pouvez vous rapprocher de la société Touristic qui, je crois, est pro-active en terme de sensibilisation / formation des acteurs du tourisme dans le domaine du web 2.0.

    Mais le meilleur moyen (et votre présence ici en un exemple pertinent) de suivre les évolutions et de s’adapter à moindre coût, c’est bel et bien d’avoir une veille permanente sur le sujet…vous découvrirez rapidement qu’il existe de nombreux services gratuits ou quasi-gratuit pour vous assurer une présence en phase avec les habitudes actuelles de consommation des internautes.

    Ci-dessous, une présentation assez pertinente des bonnes pratiques actuelles :
    http://www.slideshare.net/touristic/touristic-une-vision-du-etourisme-professionnalis-en-2009-presentation

  5. […] faire suite à mon billet Les OGD, sont-elles vraiment axées Web 2.0? et ma vidéo Did you know? Tourism 2.0, voici un portrait de l’industrie du tourisme dans le […]

  6. Sur mon blogue: Les OGD, sont-elles réellement axées Web 2.0?: http://twurl.nl/yenjbk

  7. RT @KarineMiron: Les OGD, sont-elles réellement axées Web 2.0? #etourisme #tourisme http://bit.ly/hfweF1

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.